Futur gouvernement : la guerre des « légitimités » n’aura pas lieu, par Hatim Benjelloun