Faut-il « brûler » les marketeurs?